Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>
Retour
Charlène LAMBERT
1 avril 2021
Ne nous culpabilisons pas de notre col indocile

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Ne nous culpabilisons pas de notre col indocile

Suite à l'interview d'Isabelle Calmels pour la newsletter de printemps, une phrase qu'elle a dite m'a marquée : « J'ai eu des ventouses parce qu'il était 1h du matin et que le médecin voulait rentrer chez lui ». Le rythme de l'accouchement est directement mené par le temps institutionnel, et là, dans son cas, ça n'allait pas assez vite ! En faisant quelques recherches, je suis tombée sur la thèse passionnante de Stéphanie St-Amand : "Déconstruire l'accouchement : épistémologie de la naissance, entre expérience féminine, phénomène biologique et praxis technomédicale", dont je vous propose le bref résumé du chapitre : "Col indocile : synecdote de la parturiente". Il ne s'agit pas d'une thèse médicale, et l'objet n'est pas de contredire un quelconque avis médical, mais simplement de se questionner sur ce qu'on désire pour son accouchement, faire des choix éclairés et non par défaut (le projet de naissance étant un outil important pour véhiculer ses choix) mais surtout, prendre conscience que notre col n'est pas contrôlable, et qu'il faut être bienveillant envers soi (et envers les femmes en général) à cet égard, malgré les remarques.

****

Depuis les années 50, le travail de Friedman et sa célèbre courbe "idéale" d'ouverture du col en phase active fait autorité, et les touchers vaginaux sont le moyen privilégié pour mesurer l'avancement du travail. Ces touchers remplacent l'écoute des vocalisations de la femme en travail, et l'observation de l'intensité et du rythme des contractions. "Le col est devenu l'indicateur unique du progrès de l'accouchement" (p.236). Ces touchers apportent en apparence une indication objective sur l'avancement du travail, mais celle-ci est pourtant soumise à l'appréciation de chaque soignant.e.

"Après l'examen d'une troisième puis d'une quatrième infirmière, on en vient à la conclusion que 5 cm serait le chiffre exact" une mère

Les touchers vaginaux peuvent faire sortir les femmes de leur bulle et modifier l'avancée du travail.

"La présence de la sage-femme m'a arrêtée dans mon élan. Je sentais le bébé arriver, et je n' étais plus dans la douleur à ce moment-là, c'était extatique. Sauf que ... pour « vérifier » la sage-femme a fait un toucher vaginal à ce moment-là. Coup de tonnerre, tout se bloque, tout se change en douleur seulement, et ça dure bien une heure de plus .. . Une heure de douleurs terribles, de longueur .. . bébé qui n 'arrive pas ... découragement." une mère

Ils peuvent également avoir un effet démotivant lorsque le ryhtme d'ouverture est plus lent que le modèle. Quand l'ouverture du col stagne, la femme est directement mise en cause : pose d'ultimatum horaire avant de passer à une césarienne, injonction à se concentrer, etc. Comme si la femme pouvait maîtriser son col, ce qui n'est pas le cas ! Certains textes professionnels parlent même d'"indocilité" ou de "non coopération maternelle" pour justifier l'instrumentalisation de l'accouchement ! Dans ce modèle mécaniste de l'accouchement, il faudra attendre une certaine ouverture du col pour que la femme soit invitée à pousser (parfois sans envie), et, dans le cas contraire, elle devra se retenir, ce qui court-circuite dans les deux cas le réflexe d'expulsion, et rend l'accouchement plus dépendant des interventions médicalisées, voire plus instrumentalisé. La péridurale et la position sur le dos contrent également le réflexe, ce qui permet de gérer les "timings" institutionnels (l'arrrivée du médecin, changement de garde, urgences à gérer, etc.) au détriment des rythmes naturels.

"Je veux que tu sois [à dilatation] complète au sortir du bain. Mon shift finit à 3 h 30. Je veux pas mettre de pression ..." une infirmière

Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
accouchement toucher vaginal
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Accoucher chez soi : témoignage de Marion, qui a vécu l'AAD

Accoucher chez soi : témoignage de Marion, qui a vécu l'AAD

Lumières tamisées et musique douce. La piscine est prête. Détendue, à quatre pattes, son ventre...

Charlène LAMBERT
1 avril 2021
Coup de cœur biblio du mois d'avril

Coup de cœur biblio du mois d'avril

Le cerveau de votre enfant du Dr Daniel J. Siegel et Tina Payne BrysonC'est un manuel...

Geneviève OLIVIER
16 avril 2021
Retour de lecture "Accoucher sans péridurale "

Retour de lecture "Accoucher sans péridurale "

Bonjour à toutes,Vous vous intéressez à l’accouchement physiologique sans péridurale ? Vous êtes...

MARIE-AMELIE SOMPAIRAC
29 mars 2021
Coup de coeur de Geneviève du mois de Mars

Coup de coeur de Geneviève du mois de Mars

Le livre " De mémoire de fœtus " d'Edmée Gaubert.Un livre qui raconte 14 histoires différentes...

Geneviève OLIVIER
14 mars 2021
Coup de coeur biblio de février :)

Coup de coeur biblio de février :)

Le livre "De la naissance aux premiers pas" est la référence si vous recherchez un ouvrage...

Katia Moris
21 février 2021
Clic and Collect à la bibliothèque

Clic and Collect à la bibliothèque

Nouveauté de ce début d'année : la bibliothèque se met au clic and collect.L'idée est de faire...

Nathalie Jame
4 février 2021
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus